Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Monuments aux collaborateurs nazis en Ukraine

par lev golinkin – le 27 janvier 2021

Forward est un site d’obédience juive. Dans le cadre d’une série consacrée à travers le monde aux monuments à la mémoire de collaborateurs nazis, ils se sont arrêtés en Ukraine. On peut dire qu’ils ont été servis. Cet article est paru au mois de janvier 2021, soit plus d’un an avant l’Opération Militaire Spéciale russe. Un voyage dans l’Ukraine néo-nazie… Mieux vaut prévenir de suite : ça donne le tournis. (XP)

Au cours des années écoulées depuis que le soulèvement de Maïdan a amené un nouveau gouvernement en Ukraine en 2014, de nombreux monuments aux collaborateurs nazis et aux auteurs de l’Holocauste ont été érigés, parfois jusqu’à un nouveau chaque semaine.

À gauche : monument de Stepan Bandera, cérémonie d’ouverture, L’viv, 13 octobre 2007 (Wikimedia Commons). Droite : Monument Bandera, Ivano-Frankivsk (Wikimedia Commons). Image réalisée par Forward collage

1,5 million de Juifs, soit un quart de tous les Juifs assassinés pendant l’Holocauste, venaient d’Ukraine. Au cours des six dernières années, le pays a institutionnalisé le culte de l’Organisation paramilitaire des nationalistes ukrainiens (OUN), qui a collaboré avec les nazis et aidé au massacre des Juifs, et de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), qui a massacré des milliers de Juifs et 70 000 à 100 000 Polonais. Stepan Bandera (1909-1959), le collaborateur nazi qui a dirigé une faction de l’OUN (appelée OUN-B) est une figure majeure vénérée dans l’Ukraine d’aujourd’hui ; ci-dessus, ses statues à L’viv (à gauche) et Ivano-Frankivsk (à droite). Merci à Per Anders Rudling, Tarik Cyril Amar et Jared McBride pour leurs conseils sur les collaborateurs ukrainiens.

À gauche : porte festonnée de bannières accueillant l’invasion nazie de l’Ukraine, Zhovkva, 1941. Bannière du haut : « Heil Hitler ! Gloire à Petliura ! Gloire à Bandera ! » (Les troupes du nationaliste Symon Petliura ont massacré des dizaines de milliers de Juifs pendant la Première Guerre mondiale). Bannière du milieu : « Vive la nation ukrainienne indépendante et souveraine ! Vive le leader Stepan Bandera ! » Bannière du bas : « Heil Hitler ! Gloire aux forces armées allemandes et ukrainiennes non conquises ! Vive Bandera ! » (Wikimedia Commons). A droite : Le monument de Bandera, Ternopil (Wikimedia Commons). Image réalisée par Forward collage

Ternopil et de nombreuses autres villes

Une autre statue de Bandera à Ternopil. En haut à gauche, une photo de Zhovkva 1941, où les membres de l’OUN ont accueilli les nazis, les aidant à assassiner les Juifs. Les bannières incluent « Heil Hitler ! » et « Gloire à Bandera ! »

L’Ukraine compte plusieurs dizaines de monuments et de noms de rues à la gloire de ce collaborateur nazi, suffisamment pour nécessiter deux pages Wikipedia distinctes (il y a tellement de rues Bandera que seules quelques-unes sont répertoriées dans ce projet). Il s’agit notamment :

• des monuments communs à sa mémoire et à celle de Roman Shukhevych à CherkasyHorishniyPochaivRudky et Zaviy ;
• un monument à sa mémoire, à celle de Shukhevych et d’autres dirigeants de l’OUN à Morshyn ;
• un monument à sa mémoire et à celle de son père à Pidpechery ;
• une plaque et un monument à Lutsk ;
• un bas-relief, un monument et un musée à Dubliany ;
• une plaque, un monument et un musée (avec buste) à Stryi ;
• une plaque, une rue et un monument à Zdolbuniv ;
• monuments à BerezhanyBoryslavBuchachChervonohradChortkiv, Drohobych, DubnoHordynya, Horodenka, Hrabivka (Ivano-Frankivsk Raion), KalushKamianka-BuzkaKolomiyaKozivkaKremenetsKrushel’nytsyaKievL’viv, (et une plaque), MlynivMostyskaMykolaiv (Oblast de L’viv), MykytyntsiNyzhnye (Raïon de Sambir), Pidvolochysk, Romanivka, Sambir, SkoleSniatyn, Staryi Sambir, Seredniy BerezivSokal, Sosnivka, StrusivTatarivTerebovliaTruskavetsTurkaUzynVelyki MostyVerbiv (Hromada de Narayiv), Zahirochka et Zalishchyky ;
• une plaque et une rue à Sniatyn et Zhytomyr ;
• des plaques à Ivano-Frankivsk, Khmelnytskyi et Rivne ;
• des musées à Staryi Uhryniv (avec une statue et une plaque commémorative) et à Volya-Zaderevatska (avec un buste et un bas-relief) ;
• un parc à Kamianka-Buzka ;
• une rue à Dnipro et une école à Dobromyl.

[Note de la rédaction : Dnipro et Tatariv ont été ajoutés à cette liste en octobre 2022.]

À gauche : Stepan Bandera (Wikimedia Commons). A droite : Marche d’extrême droite en l’honneur du 112ème anniversaire de Bandera, Kiev, 1er janvier 2021 (Genya Savilov/AFP via Getty Images

Kiev

En 2016, un grand boulevard de Kiev a été rebaptisé du nom de Bandera. Ce changement de nom est particulièrement obscène puisque la rue mène à Babi Yar (1), le ravin où les nazis, aidés de collaborateurs ukrainiens, ont exterminé 33 771 Juifs en deux jours, dans l’un des plus grands massacres individuels de l’Holocauste. Le Centre Simon Wiesenthal et le Congrès juif mondial ont tous deux condamné cette initiative.

Ci-dessus à droite, la marche annuelle aux flambeaux lors de l’anniversaire de Bandera en 2021 ; lors des commémorations de 2017, les marcheurs ont scandé « Juifs dehors ! ».

À gauche : monument de Roman Shukhevych, Krakovets (Wikimedia Commons). À droite : bas-relief sur la maison natale de Shukhevych, L’viv (Wikimedia Commons). Image réalisée par Forward collage

Krakovets, L’viv et de nombreuses autres villes

Monuments à la mémoire de Roman Shukhevych (1907-1950), autre figure de l’OUN et collaborateur des nazis, qui était un chef du bataillon auxiliaire Nachtigall de l’Allemagne nazie, devenu par la suite la 201ème unité de police auxiliaire Schutzmannschaft. Shukhevych a ensuite commandé la brutale Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), responsable du massacre de milliers de Juifs et de 70 000 à 100 000 Polonais.

Le monument à Krakovets (ci-dessus à gauche) et la plaque à L’viv (ci-dessus à droite) sont deux des nombreuses statues de Shukhevych en Ukraine. Il s’agit notamment de monuments communs à sa mémoire et à celle d’autres nationalistes dans plusieurs villes (voir l’entrée Bandera ci-dessus) ; d’un monument à sa mémoire et à celle d’autres nationalistes à Sprynya ; d’un monument, de deux plaques et d’un bas-relief à l’Université Nationale Polytechnique de L’viv ; et des monuments à BorschivIvano-FrankivskKalushKhmelnytskyi, Khust, Kniahynychi, (et une plaque), Kolochava, OglyadivShman’kivtskiStaryi Uhryniv (au musée Stepan Bandera), Tyshkivtsyah, Tyudiv, et Zabolotivka ; des plaques à BuchachKamianka-BuzkaKolomyiaPukivRadomyshl’, Rivne et Volya-Zaderevatska ; un musée à Hrimne ; un stade à Ternopil ; une station de métro à Kiev ; et une école à Ivano-Frankivsk. Voir The Algemeiner sur le refus d’Israël de donner le nom de Shukhevych au stade de Ternopil.

Les monuments Shukhevych au Canada et aux États-Unis sont encore plus choquants.

En outre, Shukhevych est honoré par plusieurs dizaines de rues en Ukraine (il y en a tellement que seules quelques-unes sont répertoriées dans ce projet). La plupart des statues de Bandera et de Shukhevych se trouvent en Ukraine occidentale, dans des villes où la population juive a été exterminée par des paramilitaires fidèles à ces hommes. Un grand boulevard a également été nommé en l’honneur de Shukhevych à Kiev. Le Congrès juif mondial a condamné la glorification de Shukhevych et la statue d’Ivano-Frankivsk.

À gauche : Yaroslav Stetsko (Wikimedia Commons). Droite : Buste de Stetko, Ternopil (Wikimedia Commons). Image réalisée par Forward collage

Ternopil

Un buste du génocidaire Yaroslav Stetsko (1912-1986), qui a dirigé en 1941 le gouvernement ukrainien collaborateur des nazis, qui a accueilli les Allemands et déclaré son allégeance à Hitler. Antisémite forcené, Stetsko avait écrit : « J’insiste sur l’extermination des Juifs et sur la nécessité d’adapter les méthodes allemandes d’extermination des Juifs en Ukraine. » Cinq jours avant l’invasion nazie, Stetsko a assuré au leader de l’OUN-B, Stepan Bandera : « Nous organiserons une milice ukrainienne qui nous aidera à éliminer les Juifs ».

Il a tenu parole – l’invasion allemande de l’Ukraine s’est accompagnée d’horribles pogroms avec l’incitation et la participation enthousiaste des nationalistes de l’OUN. Le pogrom initial de L’viv a fait à lui seul 4 000 victimes. À la fin de la guerre, les groupes nationalistes ukrainiens ont massacré des dizaines de milliers de Juifs, à la fois en coopération avec les escadrons de la mort nazis et de leur propre chef.

À gauche : buste de Yaroslav Stestko, Stryi (Wikimedia Commons). Droite : Statue de Stetsko, Velykyi Hlybochok (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Stryi et treize autres localités

On trouve d’autres monuments à la mémoire de Stetsko à Stryi (ci-dessus à gauche), qui possède également une rue Stetsko, à Velykyi Hlybochok (ci-dessus à droite), qui possède également un musée Stetsko (avec plaque) et une école, à Kam’yanky et à Volya Zaderevatska. Stetsko a également un monument commun à sa mémoire et à celle d’autres dirigeants de l’OUN à Morshyn et des rues à Dubno, Khmelnytskyi, Lutsk, L’viv, Monastyrys’ka, Rivne, Rudne, Sambir et Ternopil. Après la guerre, Stetsko – l’homme qui a officiellement promis la loyauté de son gouvernement à Hitler – s’est installé aux États-Unis, où il s’est rapidement élevé dans les plus hautes sphères de Washington. Il a été salué comme le chef des combattants de la liberté par Ronald Reagan et George H.W. Bush.

Ci-dessous à gauche, Stetsko rencontrant le vice-président Bush, 1983. Ci-dessous à droite, la signature de Stetsko sur la Proclamation de l’État ukrainien avec un engagement à « travailler étroitement avec la Grande Allemagne national-socialiste sous la direction d’Adolf Hitler. »

À gauche : Yaroslav Stetsko, à gauche, avec le vice-président américain de l’époque, George H. W. Bush, 1983. A droite : La signature de Stetsko sur la proclamation du 30 juin 1941 de l’établissement du gouvernement collaborationniste nazi par la faction Stepan Bandera de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN-B) ; le gouvernement était dirigé par Stetsko (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

* * *

À gauche : Dmytro Paliiv, SS-Hauptsturmführer de la 14ème Division Waffen Grenadier de la SS (1re Galicienne), à droite, lors d’une cérémonie SS, 1943/1944. A droite : Plaque de Paliiv, L’viv (Wikimedia Commons). Image par collage Forward

L’viv

Une plaque commémorative à la mémoire de Dmytro Paliiv (1896-1944), cofondateur et SS-Hauptsturmführer de la 14ème division de grenadiers de la Waffen-SS (1ère Galicienne) alias SS Galichina, dévoilée en 2007. La SS Galichina a été formée en tant que division de la Waffen-SS en 1943. Parmi les crimes de guerre de cette formation figure le massacre de Huta Pieniacka, au cours duquel une sous-unité de la SS Galichina a massacré entre 500 et 1 200 villageois polonais, y compris en les brûlant vifs.

Ci-dessus à gauche, Paliiv (tenant un papier) lors d’une cérémonie SS, 1943-1944. Cet officier des Waffen-SS a une plaque et un bas-relief dans sa ville natale de Perevozets’ (inauguré en 2001) ainsi qu’une plaque et une rue à Kalush. The Jewish Telegraphic Agency a fait état de menaces de mort à l’encontre d’un homme qui s’opposait à la dénomination de la rue.

Ci-dessous à gauche, une marche à Stanislaviv (aujourd’hui Ivano-Frankivsk), Ukraine occidentale, 1941 ; ci-dessous à droite, une marche célébrant le 71ème anniversaire de la fondation de SS Galichina, L’viv, Ukraine occidentale, 2014. La marche de 2018 à L’viv consistait en des centaines de personnes faisant des saluts nazis coordonnés. Voir le rapport du JTA.

À gauche : défilé honorant le gouverneur général du Troisième Reich en Pologne, Hans Frank, Stanislaviv (aujourd’hui Ivano-Frankivsk), 1941 (Wikimedia Commons). À droite : marche commémorant la création de la 14ème division de grenadiers Waffen de la SS (1ère Galicienne), L’viv, 28 avril 2014 (Yuri Dyachyshyn/AFP via Getty Images). Image par Forward collage

[Remarque : les entrées ci-dessous ont été ajoutées lors de la mise à jour du projet de janvier/avril 2022.]

À gauche : Taras Bulba-Borovets (au centre) avec son personnel, le 21 septembre 1941 (Wikimedia Commons). Bannière : « Liberté pour l’Ukraine ! Mort à Moscou ! » à gauche de la croix gammée ; « Vive l’armée allemande ! » à droite de la croix gammée. À droite : Plaque et bas-relief de Bulba-Borovets, Bystrychi (Wikimedia Commons). Image par collage Forward

Bystrychi et cinq autres localités

Plaque commémorative en hommage à Taras Bulba-Borovets (1908-1973), collaborateur nommé par les nazis à la tête de la milice ukrainienne du district de Sarny. Les hommes de Bulba-Borovets ont organisé et exécuté de nombreux pogroms, massacrant les Juifs de la région. En plus de la plaque dans son village natal, Bulba-Borovets a une autre plaque à Olevsk, un monument à Berezne et des rues à Lutsk, Ovruch et Zhytomyr.

Après la guerre, Bulba-Borovets, comme de nombreux collaborateurs nazis, s’est installé au Canada, où il a dirigé un journal en ukrainien. Ci-dessus à gauche, Bulba-Borovets (au centre) avec son personnel, 1941. La bannière à droite du drapeau à croix gammée dit « Vive l’armée allemande ! » Pour en savoir plus sur la glorification de Bulba-Borovets, voir l’article de l’historien Jared McBride, les témoignages de témoins oculaires de l’Holocauste à Olevsk sur Yahad-In Unum et les témoignages de survivants sur Yad Vashem.

À gauche : Andryi Melnyk (Wikimedia Commons). A droite : Complexe commémoratif Melnyk, Volya Yakubova (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Volya Yakubova et sept autres lieux

Un complexe commémoratif et un musée séparé à Andryi Melnyk (1890-1964). En 1940, l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) se divise en deux factions : l’OUN-M, dirigée par Melnyk et l’OUN-B, dirigée par Stepan Bandera. La faction de Melnyk était tout aussi génocidaire que celle de Bandera – un journal de l’OUN-M célébrait avec joie la liquidation des Juifs de Kiev à Babi Yar (voir l’article sur Ivan Rohach ci-dessous).

Il a également un monument (ci-dessous à droite) et une rue à Ivano-Frankivsk ainsi que des rues à Chortkiv, Drohobych, Dubno (Oblast de Rivne), Kolomyia, L’viv, Rivne et Stryzhivka. En 2020, le Congrès juif mondial et la Confédération juive d’Ukraine ont dénoncé la tentative de Kiev d’honorer Melnyk.

À gauche : arc accueillant l’invasion nazie, 1941 (Eduard Dolinsky). Bannière du haut : « Heil Hitler ». Bannière du bas : « Gloire à Hitler. Gloire à Melnyk ». A droite : La statue d’Andryi Melnyk, Ivano-Frankivsk (Google maps). Image par Forward collage

* * *

À gauche : des membres du 115ème bataillon de la Schutzmannschaft défilent à Kiev, en 1942 (Wikimedia Commons). Droite : Mémorial de Bukovinsky Kuren, Tchernivtsi (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Tchernivtsi

Un mémorial à la Bukovinsky Kuren, une grande formation paramilitaire composée de membres de l’OUN-M (voir l’entrée Andryi Melnyk ci-dessus). L’unité a été formée à l’origine dans la région ukrainienne-roumaine de Bukovina et s’est dirigée vers Kiev après l’invasion nazie de l’Ukraine en 1941. Selon plusieurs rapports, l’unité a marché sur Kiev au moment du massacre de Babi Yar, lorsque les nazis, aidés par des nationalistes ukrainiens, ont abattu 33 771 Juifs en deux jours, l’un des massacres les plus horribles de l’Holocauste.

Par la suite, une grande partie du Bukovinsky Kuren a été reformée en 115ème et 118ème bataillons de la Schutzmannschaft. La Schutzmannschaft était un bataillon de police auxiliaire composé de collaborateurs locaux en Union soviétique, principalement en Ukraine, en Biélorussie et dans les pays baltes. Ils dépendaient de l’Ordnungspolizei qui était contrôlée par la SS. Ces bataillons ont joué un rôle crucial dans la guerre et l’Holocauste : L’Allemagne les a utilisés pour réprimer la résistance antinazie et pour perpétrer le génocide en rassemblant les Juifs dans des ghettos et en les massacrant dans les champs et les forêts avoisinants. Souvent, la Schutzmannschaft a commis des crimes de guerre contre des Juifs, d’autres ethnies telles que les Roms et des civils de leur propre chef, et pas seulement sur ordre des nazis. (Pour en savoir plus, voir l’ouvrage de Martin Dean).

Deux pelotons du 118ème bataillon de la Schutzmannschaft se sont distingués en perpétrant le massacre de Khatyn en 1943, lorsqu’ils ont liquidé un village biélorusse en brûlant les habitants vivants et en abattant tous ceux qui tentaient de s’échapper. (Voir le New York Times sur l’un des auteurs du massacre qui avait émigré au Canada).

Ci-dessus à gauche, des soldats du 115ème bataillon de la Schutzmannschaft, qui comprenait des combattants du Bukovinsky Kuren, défilent dans Kiev, 1942. Voir la section américaine pour un mémorial au Bukovinsky Kuren.

À gauche : Oleksa Babiy (Wikimedia Commons). A droite : Juifs forcés de se déshabiller avant d’être assassinés à Babi Yar, Kiev, 29-30 septembre 1941 (United States Holocaust Memorial Museum, Ernst Klee Archive). Image par Forward collage

Zhyznomyr

Dans ce village, une plaque est dédiée à un membre de l’OUN-M, Oleksa Babiy (1909-1944), qui a directement participé au massacre de Babi Yar alors qu’il servait dans l’unité Sonderkommando 4a de l’Einsatzgruppe C, l’escadron de la mort SS qui porte la responsabilité principale du massacre. Deux ans plus tard, Babiy est devenu officier dans la SS Galichina, la division ukrainienne de la Waffen-SS (voir l’entrée Volodymyr Kubiyovych ci-dessous pour en savoir plus sur la SS Galichina). Ci-dessus à droite, des Juifs forcés à se déshabiller et à abandonner leurs biens avant d’être fusillés à Babi Yar. Voir les témoignages de Yad Vashem ici.

À gauche : éditorial d’Ukrayins’ke Slovo «Le Juif est le plus grand ennemi de notre peuple» , 2 octobre 1941 (Libraria.ua). À droite : exposition temporaire honorant les nationalistes ukrainiens, dont Ivan Rohach, en tant que «victimes» des nazis, érigée par le gouvernement ukrainien pour les commémorations de Babi Yar, Kiev, automne 2016 (Eduard Dolinsky). Image réalisée par Forward collage

Kiev et deux autres localités

Une rue portant le nom d’un membre de l’OUN-M, Ivan Rohach (1914-1942). Antisémite virulent, Rohach publiait et éditait le Ukrayins’ke Slovo, un journal de l’OUN-M qui prônait avec véhémence le génocide des Juifs d’Ukraine. Le 2 octobre 1941, trois jours après que les Allemands et les collaborateurs ukrainiens aient exterminé 33 771 Juifs à Babi Yar, Rohach publia un éditorial intitulé « Le Juif est le plus grand ennemi du peuple », appelant les Ukrainiens à ne montrer aucune pitié aux Juifs (ci-dessus à gauche).

Une semaine plus tard, il publie un article invitant ses lecteurs à rechercher tout survivant juif qui se cacherait dans la ville. La même semaine, l’Ukrayins’ke Slovo a célébré l’amélioration de la vie à Kiev (*), faisant l’éloge de l’abondance de logements « inoccupés » qui étaient soudainement devenus disponibles. (Ces logements étaient des maisons juives rendues « inoccupées » par le massacre de leurs habitants).

Finalement, les Allemands se sont lassés de certains de leurs laquais de l’OUN-M et ont exécuté Rohach. En 2016, le gouvernement ukrainien a pris la décision obscène de le pleurer comme une victime nazie lors des commémorations du massacre de Babi Yar – le massacre qu’il avait approuvé avec tant d’enthousiasme (ci-dessus à droite).

Rohach a une rue supplémentaire à Khust et une plaque et une rue à Velykyi Berezhny.

À gauche : Oleg Olzhych (Wikimedia Commons). Droite : Plaque commémorative d’Olzhych, Kiev (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Kiev et de nombreuses autres localités

Une plaque à la mémoire d’Oleg Olzhych (1907-1944), archéologue, écrivain et membre éminent de l’OUN-M. Olzhych est venu à Kiev dans le cadre d’une formation de l’OUN-M destinée à aider la prise de contrôle nationaliste de l’Ukraine en 1941. Il est devenu un personnage clé de l’Ukrayins’ka Natsional’na Rada. Cette entité de l’OUN-M coordonne la formation de la police auxiliaire ukrainienne qui aide les Allemands. Elle publie également de la propagande comme l’Ukrayins’ke Slovo (voir l’entrée Ivan Rohach ci-dessus).

Les honneurs d’Olzhych comprennent une bibliothèque et une rue (avec plaque) à Kiev ; une statue, une bibliothèque, une rue (avec plaque) et une autre plaque à Zhytomyr ; des plaques et des rues à TchernivtsiKhustL’vivRivne et Tyachiv ; rues à Arbuzynka, Bilokorovychi, Ivano-Frankivsk, Korostyshiv, Kovel, Kremenets, Kremenchuk, Kropyvnytskyi, Letychiv, Lutsk, Nadvirna, Noviy Bug, Olevsk, Ostroh, Poltava, Rozsoshentsi, Sambir, Stryi, Sumy, Trubky, Verhnya Yablunka, Volodymyr-Volynskyi, Vyzhnytsya, Zalishchyky, Zdolbuniv, Zhuky et Zolochiv ; une rue et une école à Mykolayiv ; et une école à Pushcha-Vodytsia. Voir la section États-Unis pour un buste d’Olzhych.

À gauche : Ivan Kedyulich (Wikimedia Commons). À droite : membres du 115ème bataillon de la Schutzmannschaft, Kiev, 1942. Image par Forward collage

Perechyn

La ville a une rue qui honore conjointement les frères Ivan et Panas Kedyulich. Ivan Kedyulich (1912-1945) était un membre de l’OUN-M qui est venu à Kiev avec la même formation qu’Oleg Olzhych (voir l’entrée ci-dessus). Kedyulich devint le chef de la police auxiliaire locale de la ville qui aida les nazis lors des massacres à Babi Yar et ailleurs. Les unités de police organisées par Kedyulich fournissaient également des combattants pour les bataillons de la Schutzmannschaft. En haut à droite, des combattants de la 115ème Schutzmannschaft à Kiev, 1942.

À gauche : Kost Himmel’raich (Wikimedia Commons). À droite : plaque Himmel’raich, Ivangorod (Eduard Dolinsky). Image par Forward collage

Ivangorod

Une plaque à la mémoire de Kost Himmel’raich (1912-1991), membre de l’OUN-M qui a travaillé avec Ivan Kedyulich (voir l’entrée ci-dessus) pour former la police auxiliaire locale de Kiev, contrôlée par les Allemands. La plaque de Himmel’raich, comme de nombreuses plaques à l’effigie de collaborateurs ukrainiens, se trouve dans une école où il est présenté comme un modèle pour les enfants.

À gauche : Ivan Klymiv-Legenda (Wikimedia Commons). Droite : Statue de Klymiv-Legenda, Silets’ (Wikimedia Commons). Image par collage Forward

Silets’ (Raïon de Chervonohrad)

L’invasion allemande de l’Ukraine en juin 1941 s’accompagne de pogroms généralisés qui entraînent le meurtre de milliers de Juifs dans toute l’Ukraine occidentale. Nombre d’entre eux sont organisés et fomentés par l’OUN-B, la branche Stepan Bandera de l’OUN (pour en savoir plus sur la scission de l’OUN, voir l’article sur Andriy Melnyk ci-dessus). Parmi eux, Ivan Klymiv (1909-1942) alias Klymiv-Legenda, qui diffusait des tracts incitant la population ukrainienne à tuer des Juifs.

Pendant l’invasion, l’OUN-B proclame la création d’un gouvernement ukrainien dirigé par Yaroslav Stetsko. Ce gouvernement autoproclamé s’est formellement engagé à travailler en étroite collaboration avec Adolf Hitler (voir l’entrée Stetsko pour en savoir plus). Klymiv devient ministre de la coordination politique. Outre le monument, il possède une rue et une école à Silets’ et un monument commun à Bandera et à lui à Sosnivka (Raïon de Sokal).

À gauche : Oleksandr Gasyn (Wikimedia Commons). A droite : Monument Gasyn, Konyukhiv (Eduard Dolinsky). Image réalisée par Forward collage

Konyukhiv et quatre autres localités

Konyukhiv possède un monument, un musée et une rue dédiés à Oleksandr Gasyn (1907-1949), originaire du village et vice-ministre de la défense du gouvernement autoproclamé de l’OUN-B en 1941. Par la suite, Gasyn a travaillé en étroite collaboration avec son collègue collaborateur et commandant de l’UPA, Roman Shukhevych, lorsque l’UPA procédait au nettoyage ethnique des Polonais (voir l’entrée Vasyl Vasylyashko ci-dessous). Gasyn a également une plaque à Volya-Zaderevatska et des rues à Sambir, Skole et Stryi.

À gauche : Yaroslav-Mykhailo Starukh, au milieu (Wikimedia Commons). A droite : Buste de Starukh, Zolota Slobova (Screenshot/YouTube). Image par Forward collage

Zolota Sloboda

Un buste de Yaroslav-Mykhailo Starukh (1910-1947), secrétaire du ministère de l’information et de la propagande au sein du gouvernement autoproclamé de l’OUN-B. Le village a également une plaque de Starukh sur un bâtiment scolaire, où il est présenté comme un exemple pour les enfants.

A gauche : pogrom de L’viv, 1er juillet 1941. À droite : plaque commémorant la proclamation du 30 juin 1941 du gouvernement collaborationniste de l’OUN-B, L’viv (Wikimedia Commons). Image réalisée par Forward collage

L’viv et Zmiivka

Une plaque commémorant la proclamation du gouvernement autoproclamé de l’OUN-B sur la place principale de L’viv. Cette plaque est d’autant plus obscène qu’au moment de l’annonce de la proclamation, l’OUN-B était à l’origine de pogroms qui ont fait couler le sang de 6 000 Juifs dans les rues de L’viv (ci-dessus à gauche). Le Mémorial des combattants pour la liberté de l’Ukraine à Zmiivka comprend également une plaque commémorative de la proclamation de 1941. Voir la section États-Unis pour une autre plaque commémorant la proclamation de l’OUN-B.

À gauche : Le maire de L’viv, Yuri Polyanskiy, deuxième à partir de la droite, accueille le gouverneur général du Troisième Reich en Pologne, Hans Frank (à l’extrême gauche), dans la ville, L’viv, 1er août 1941 (National Digital Archives Poland). À droite : Plaque Polyurianskiy, L’viv (Kamenyar). Image par collage Forward

L’viv

Ci-dessus à gauche, le maire de L’viv, Yuri Polyanskiy (1892-1975), accueille le gouverneur général de Pologne Hans Frank dans la ville, le 1er août 1941. À ce moment-là, au moins 6 000 Juifs de L’viv ont été massacrés dans une série de pogroms incités et menés en grande partie par des nationalistes ukrainiens.

Frank, aidé par des collaborateurs ukrainiens, a ensuite supervisé le génocide de plus de 200 000 Juifs de L’viv ; en 1946, il a été pendu pour crimes contre l’humanité par le tribunal de Nuremberg. Polyanskiy, quant à lui, a émigré en Argentine où il est devenu professeur d’université. Sa plaque commémorative à L’viv, ci-dessus à droite, énumère ses réalisations universitaires mais omet sa collaboration pendant la Seconde Guerre mondiale. Voir les témoignages des survivants du massacre et du ghetto de L’viv, Yad Vashem.

À gauche : Oleksandr Lutskyi (Wikimedia Commons). A droite : Mémorial de tous les combattants pour la liberté de l’Ukraine avec Lutskyi à droite, Bodnariv (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Bodnariv et L’viv

Le monument de Bodnariv dédié à Oleksandr Lutskyi (1910-1946), un officier du bataillon auxiliaire Nachtigall de l’Allemagne nazie qui a envahi l’Ukraine aux côtés d’autres forces du Troisième Reich en juin 1941. Le Nachtigall était un bataillon de l’Abwehr, la division des renseignements militaires des forces armées du Troisième Reich. Il était composé de volontaires ukrainiens, principalement de la branche OUN-B de l’OUN. Le commandant ukrainien était Roman Shukhevych, qui est aujourd’hui glorifié dans toute l’Ukraine (voir son entrée plus haut).

À l’automne 1941, Nachtigall fut réorganisé en 201ème bataillon de police auxiliaire de la Schutzmannschaft, qui fut impliqué dans des violences antisémites meurtrières et dans la répression brutale de la résistance antinazie en Biélorussie. Voir l’entrée Bukovinsky Kuren pour en savoir plus sur la Schutzmannschaft. Lutskyi a également une rue à L’viv.

À gauche : le bataillon Nachtigall à L’viv, le 30 juin 1941. À droite : 201ème bataillon de la Schutzmannschaft avec Roman Shukhevych au premier rang, le plus proche de la caméra, 1942. Image par collage Forward

Zavyshen

En 2018, ce village a dévoilé une plaque à la mémoire de Vasyl Vasylyashko (1918-1946) qui a servi dans le bataillon Nachtigall, puis dans le 201ème bataillon de la Schutzmannschaft. Par la suite, Vasylyashko est devenu un commandant de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), l’aile paramilitaire de l’OUN-B créée en 1943 et responsable du nettoyage ethnique de 70 000 à 100 000 villages polonais dans la région de Volyn.

Il n’existe pas de photo historique claire de Vasylyashko ; sa plaque est visible dans une vidéo (2) de sa cérémonie d’inauguration. Ci-dessus à gauche, le Nachtigall défilant dans L’viv le 30 juin 1941, alors que les pogroms anti-juifs faisaient rage dans toute la ville. Ci-dessus à droite, le 201ème Schutzmannschaft en formation, 1942 ; Roman Shukhevych est au premier rang, le plus près de la caméra.

À gauche : Omelyan Polovyi (Wikimedia Commons). A droite : Plaque de Polovyi, Ternopil (Screenshot/YouTube). Image réalisée par Forward collage

Ternopil

Une plaque et une rue honorant Omelyan Polovyi (1913-1999). Polovyi a suivi le chemin familier des membres de l’OUN-B, servant dans le Nachtigall, puis commandant d’un peloton dans le 201ème et devenant ensuite colonel de l’UPA. Polovyi et d’autres combattants de l’OUN-B issus du Nachtigall, de la Schutzmannschaft et des bataillons locaux de police auxiliaire ont acquis une expérience pratique de l’Holocauste en 1941 et 1942. Cette expérience meurtrière a été mise à profit en 1943, lorsqu’ils ont rejoint l’UPA et organisé le nettoyage ethnique des Polonais.

A gauche : Petro Gudzovatiy (Eduard Dolinsky). A droite : Plaque Gudzovatiy, Volodymyrtsi (Eduard Dolinsky). Image réalisée par Forward collage

Volodymyrtsi

Une plaque à la mémoire de Petro Gudzovatiy (1912-1946), qui a combattu dans le Nachtigall, le 201ème, puis l’UPA, où il commandait une unité de district. La plaque est érigée sur un bâtiment gouvernemental où Gudzovatiy a travaillé.

À gauche : Vasyl Sydor (Wikimedia Commons). Droite : Buste de Sydor, Spasiv (Wikimedia Commons). Image par collage Forward

Spasiv et Stryi

Le buste à Spasiv de Vasyl Sydor (1910-1949), officier du Nachtigall qui devint oberzugführer au 201ème. Par la suite, Sydor a joué un rôle crucial dans la formation de l’UPA, devenant finalement commandant de l’UPA-Ouest (l’une des quatre subdivisions de l’organisation paramilitaire). Il possède également un collège à Spasiv et une rue à Stryi. En 2020, le Congrès juif mondial et la Confédération juive d’Ukraine ont dénoncé la tentative de Kiev d’honorer Sydor.

À gauche : entraînement du 201ème bataillon de la Schutzmannschaft, Noihammer, Allemagne, 1942 ; Roman Shukhevych est au premier rang, deuxième à partir de la gauche. A droite : Monument à Oleksiy Demsky, Lypivka (cartes Google). Image réalisée par Forward collage

Lypivka (Raïon de Rohatyn)

Un monument à la mémoire d’Oleksiy Demsky (1922-1955), un autre membre de Nachtigall et du 201ème. Ci-dessus à gauche, le 201ème Schutzmannschaft en formation avec Roman Shukhevych au premier rang, deuxième à partir de la gauche.

À gauche : Ivan Hrynokh (Wikimedia Commons). À droite : monument aux dirigeants du Conseil suprême de libération de l’Ukraine, Sprynya (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Sprynya

Dans ce village, le monument commun à plusieurs personnalités de l’OUN comprend une statue d’Ivan Hrynokh (1907-1994). Hrynokh, prêtre de l’Église ukrainienne gréco-catholique, a servi comme aumônier dans le bataillon Nachtigall, où il a été décoré de la Croix de fer, une distinction militaire de l’Allemagne nazie. Après son service au sein du Troisième Reich, Hrynokh est devenu éditeur et professeur à Munich. Hrynokh, comme de nombreux dirigeants de l’OUN, a entretenu des relations fructueuses avec la CIA pendant des décennies après la Seconde Guerre mondiale : l’analyse de l’agence à son sujet note « qu’il est très sévère… il est capable d’une grande cruauté ». Voir la recherche FOIA et la salle de lecture de la CIA pour les documents déclassifiés.

À gauche : buste de Dmytro Gah, Khryplyn (Eduard Dolinsky). A droite : Plaque Stepan Burdyn, Khryplyn (Google maps). Image par collage Forward

Khryplyn

Ce village célèbre deux collaborateurs locaux avec un buste de Dmytro Gakh (1919-1945), ci-dessus à gauche, et une plaque pour Stepan Burdyn (1912-1947), ci-dessus à droite. Tous deux ont servi dans le Nachtigall (Gakh était officier), puis dans le 201ème. Par la suite, tous deux sont devenus commandants de l’UPA.

À gauche : buste de Terentiy Pihotskiy faisant partie du monument Stepan Bandera, Sambir (cartes Google). A droite : Plaque de Pihotskiy, Storona. Image par Forward collage

Sambir et Storona

Le buste de Sambir à Terentiy Pihotskiy (1912-1944) qui a combattu dans le Nachtigall avant de devenir un commandant de l’UPA. Il a également une plaque sur une école dans son village natal de Storona.

À gauche : Oleksiy Khymynets (Wikimedia Commons). A droite : La police ukrainienne exécutant une femme et deux enfants, Miropol, 13 octobre 1941 (Archives des services de sécurité, Historický fond StB (H), arch. č. H-770-3). Image par Forward collage

Sadzhava

Ce village honore le fils du pays, Oleksiy Khymynets (1912-1945), par un monument et une rue. Khymynets a servi l’Allemagne non seulement dans le Nachtigall et le 201ème, mais aussi dans la police auxiliaire locale (voir l’entrée Volodymyr Schygel’skiy ci-dessous pour en savoir plus sur le rôle de la police). Par la suite, il est devenu un officier de l’UPA. Sa rue utilise son nom de guerre « Blagyi ». Ci-dessus à droite, une photo rare et effrayante de l’Holocauste par balles tel qu’il s’est produit ; la police ukrainienne exécute une femme et deux enfants à Miropol, en 1941.

À gauche : Danylo Rudak (Wikimedia Commons). À droite : mémorial avec plaque à Rudak sur la droite, Nazavyziv. Image réalisée par Forward collage

Nazavyziv

Une plaque commémorative en l’honneur de Danylo Rudak (1917-1948), qui a servi dans le Nachtigall et le 201ème, puis est devenu un officier de l’UPA.

À gauche : Petro Khamchuk (Wikimedia Commons). Droite : Buste de Khamchuk, Chortkiv (Google maps). Image par Forward collage

Chortkiv

Un buste de Petro Khamchuk (1919-1947), un autre membre de l’un des bataillons de la Schutzmannschaft de l’Allemagne nazie. Par la suite, Khamchuck est devenu un commandant de l’UPA.

A gauche : Vasyl Andrusyak, à gauche. Droite : Plaque d’Andrusyak, cathédrale de la Transformation, Ivano-Frankivsk (cartes Google). Image réalisée par Forward collage

Ivano-Frankivsk et trois autres localités

À l’extérieur de la cathédrale de la Transformation de la ville se trouve une plaque à la mémoire de Vasyl Andrusyak (1915-1946). En 1941, Andrusyak était commandant de peloton dans le bataillon Roland de l’Allemagne nazie. Roland était une formation complémentaire du bataillon Nachtigall (voir les entrées ci-dessus) : tout comme Nachtigall, il s’agissait d’une unité auxiliaire ukrainienne de l’Abwehr (services de renseignements militaires du Troisième Reich) qui a participé à l’invasion nazie de l’Ukraine et a été réorganisée plus tard en 201ème bataillon de la Schutzmannschaft.

Après avoir servi dans le Roland, Andrusyak est devenu un officier de l’UPA. Il a également une statue, une rue et un musée dans sa ville natale de Sniatyn et des rues à Hrabivka (Oblast d’Ivano-Frankivsk) et Kalush.

A gauche : Stepan Trokhymchuk, à droite. A droite : Entraînement du bataillon Roland à Seibergsdorf, Autriche, 1941. Image par Forward collage

Tuchyn

Ce village honore son fils Stepan Trokhymchuk (1909-1945) avec une rue. C’est particulièrement pervers, si l’on considère qu’en 1942 Trokhymchuk était le chef adjoint de la police auxiliaire locale de Tuchyn qui a aidé les nazis à liquider le ghetto de Tuchyn et à exterminer ses plus de 4 000 Juifs. Avant la guerre, la population de Tuchyn était majoritairement juive ; une vingtaine de Juifs ont survécu à l’Holocauste grâce à Trokhymchuk (voir le témoignage des survivants ici, les interviews des survivants par Yad Vashem et le témoignage des témoins oculaires par Yahad-In Unum). Avant d’aider les nazis à Tuchyn, Trokhymchuk les a servis dans le bataillon Roland. Ci-dessus à gauche, Trokhymchuk (à droite) ; ci-dessus à droite, entraînement du bataillon Roland à Seibergsdorf en Autriche, 1941.

A gauche : Petro Melnyk. A droite : Plaque Melnyk, Kaminne (Eduard Dolinsky). Image par collage Forward

Kaminne

Une plaque commémorative à la mémoire de Petro Melnyk (1910-1953), qui a servi dans le Roland, puis dans le 201ème Schutzmannschaft et est ensuite devenu un commandant de l’UPA. La plaque omet toute mention de son service pour les nazis.

À gauche : Mykola Tverdohlib. A droite : La plaque de Tverdohlib, qui fait partie du programme  » Ivano-Frankivsk – une ville de héros « , Ivano-Frankivsk (Screenshot/YouTube). Image par Forward collage

Ivano-Frankivsk et Petryliv

Ivano-Frankivsk comporte une plaque à la mémoire de Mykola Tverdohlib (1911-1954), qui a servi dans le Roland avant de devenir commandant de l’UPA. Il a également un mémorial dans son village natal de Petryliv.

À gauche : Dmytro Myron (Wikimedia Commons). Droite : Buste de Myron, Rai (Wikimedia Commons). Image par collage Forward

Rai

Dmytro Myron (1911-1942), alias Orlyk, était l’un des principaux idéologues de l’OUN, auteur des 44 règles de la vie d’un nationaliste ukrainien, un ensemble de principes considérés comme fondamentaux pour l’OUN.

Myron était l’éducateur politique du bataillon Roland. Ses écrits sont remplis d’images antisémites décrivant les Juifs et d’autres ethnies comme des « éléments étrangers siphonnant les ressources et se nourrissant de l’Ukraine » ; il a également dépeint les Juifs comme des agents du communisme (un vieux trope antisémite propagé par Josef Goebbels, entre autres). Son buste se trouve dans son village natal de Rai.

À gauche : Roman Sushko (Wikimedia Commons). Droite : Insigne de la Bergbauernhilfe (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

L’viv et Brovary

Toutes deux ont des rues qui portent le nom de Roman Sushko (1894-1944), chef de l’OUN qui commandait la Bergbauernhilfe, c’est-à-dire les unités militaires ukrainiennes des nationalistes ou la Légion Sushko. La Légion Sushko était une autre unité de volontaires ukrainiens composée principalement de membres de l’OUN dans les forces armées de l’Allemagne nazie.

La Légion Sushko est entrée dans la Seconde Guerre mondiale avant les bataillons Nachtigall et Roland (voir les entrées ci-dessus). Les bataillons Nachtigall et Roland ont été utilisés par les nazis lors de l’invasion de l’Union soviétique en 1941 ; la Légion Sushko a été conçue pour aider le Troisième Reich à envahir la Pologne en 1939. En haut à droite, l’insigne de la légion.

À gauche : Volodymyr Schygel’skiy (Wikimedia Commons). Droite : Plaque de Schygel’skiy, L’viv (Wikimedia Commons). Image réalisée par Forward collage

L’viv

L’un des combattants de la Légion Sushko (voir l’entrée ci-dessus) était Volodymyr Schygel’skiy (1921-1949). Par la suite, Schygel’skiy a servi dans plusieurs unités locales de police auxiliaire contrôlées par les nazis qui ont activement participé à l’Holocauste en Ukraine occidentale. Il est ensuite devenu un officier de l’UPA. La plaque décrivant ce criminel de guerre comme un « commandant légendaire » se trouve sur un bâtiment où il a été scolarisé.

Contrairement aux bataillons de la Schutzmannschaft (voir les entrées ci-dessus), qui étaient déployés par le Troisième Reich en divers endroits, les unités locales de police auxiliaire, telles que celles dans lesquelles Schygel’skiy a servi, étaient basées dans des villes et villages spécifiques à travers l’Ukraine. Ces collaborateurs locaux étaient d’une valeur inestimable pour les nazis : ils parlaient les langues locales, connaissaient les gens et étaient intimement familiers avec le terrain, y compris les endroits où les Juifs ou les résistants antinazis pouvaient se cacher.

La police auxiliaire participe à l’Holocauste en rassemblant les Juifs, en traquant les fugitifs, en emprisonnant les Juifs dans des ghettos, en les déplaçant de force pour les exterminer dans des camps de la mort ou simplement en les massacrant sur place, à la périphérie des villes ou dans des fosses creusées dans les forêts locales. Les tâches de sécurité et de garde effectuées par la police auxiliaire locale libéraient les escadrons de la mort SS Einsatzgruppen et les bataillons de la Schutzmannschaft, qui étaient ensuite déployés pour perpétuer l’Holocauste dans d’autres régions.

Dans les rares cas où des collaborateurs nazis ont été expulsés des Etats-Unis, Washington a traité le service dans la police auxiliaire locale comme équivalent au service des nazis. Pour un compte rendu graphique de témoin oculaire du rôle crucial de la police auxiliaire locale dans l’Holocauste en Ukraine, voir le témoignage de Hermann Friedrich Gräbe lors des procès de Nuremberg et le témoignage des survivants de Yad Vashem. Voir également le livre obsédant de l’historienne Wendy Lower, The Ravine [Le Ravin].

À gauche : Petro Samutin (Wikimedia Commons). A droite : Plaque de Samoutine sur le mémorial des Combattants pour la liberté ukrainienne, Tashan’ (Screenshot/YouTube). Image par Forward collage

Tashan

Ce mémorial dédié aux « Combattants de la Liberté Ukrainienne » comporte une plaque à la mémoire de Petro Samutin (1896-1982), un officier de l’Abwehr, la division des renseignements militaires du Troisième Reich. Après la guerre, Samutin s’est installé aux États-Unis.

À gauche : Yuriy Gorlis-Gorsky (Wikimedia Commons). A droite : Mémorial Gorlis-Gorsky, Melnyky (Wikimedia Commons). Image réalisée par Forward collage

Melnyky (Raïon de Cherkasy, Hromada de Medvedivka) et cinq autres lieux

Un monument à la mémoire de Yuriy Gorlis-Gorsky (1898 – disparu en 1946). Héros des luttes pour l’indépendance de l’Ukraine pendant la Première Guerre mondiale et écrivain, Gorlis-Gorsky a passé la Seconde Guerre mondiale à travailler comme agent de l’Abwehr, aidant les nazis à découvrir les efforts de résistance en Ukraine. Gorlis-Gorsky a mystérieusement disparu en 1946. Il a un autre monument à Rozumivka (Oblast de Kirovohrad) et des rues à L’viv, Poltava, Rivne et Zvenyhorodka.

A gauche : Omelyan Hrabets, gauche (Eduard Dolinsky). À droite : plaque Hrabets, Lityn (Eduard Dolinsky). Image par collage Forward

Lityn (Oblast de Vinnytsia) et Vinnytsia

La plaque commémorative et la rue de Lityn dédiées à Omelyan Hrabets (1911-1944) célèbrent un autre membre de l’OUN qui a servi dans la police auxiliaire locale contrôlée par les nazis. Hrabets a servi à Rivne (alors appelée Rovno), où les Allemands, avec les unités de la police locale, ont assassiné plus de 20 000 Juifs en les déportant du ghetto de la ville vers des camps de la mort ou en les abattant sur place (voir ici le témoignage d’un survivant ; le témoignage d’un témoin oculaire par Yahad-In Unum). Ci-dessus, Hrabets en uniforme, à gauche ; notez les brassards de police. Hrabets est ensuite devenu colonel en charge de la division sud de l’UPA. Il possède également une rue à Vinnytsia.

À gauche : Leonid Stupnytskiy (Wikimedia Commons). A droite : Juifs contraints de creuser leur propre tombe avant d’être assassinés, Storow, 4 juillet 1941 (Bundesarchiv, Bild 183-A0706-0018-029 via Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Zhytomyr et deux autres localités

Une rue portant le nom de Leonid Stupnytskiy (1891-1944) qui a dirigé le 1er régiment ukrainien Holodny Yar de l’OUN-B, un bataillon auxiliaire de formation de la police à Rivne en 1941. Peu après, son unité a été reformée en un régiment de formation de la police sous le contrôle de l’armée allemande. Voir l’entrée Omelyan Hrabets ci-dessus pour en savoir plus sur l’Holocauste à Rivne. Stupnytskiy a également des rues à Rudnya et Ostroh. Ci-dessus à droite, les Juifs de Storow forcés de creuser leurs propres tombes avant d’être massacrés, juillet 1941. Ces scènes obsédantes étaient monnaie courante dans l’Ukraine de la Seconde Guerre mondiale.

À gauche : Mykola Yakymchuk (Wikimedia Commons). A droite : Mémorial Yakymchuk, partie de l’Allée de la Gloire, Piddubtsi (Wikimedia Commons). Image réalisée par Forward collage

Piddubtsi (Oblast de Volyn)

L’allée de la gloire du village contient des monuments à la mémoire de Serhei Kachinskyi (1917-1943) et de Mykola Yakymchuk (1914-1947), ci-dessus à droite. Kachinskyi était le commandant du bataillon Holodny Yar (voir l’entrée ci-dessus). Yakymchuk est un autre membre de l’OUN intimement impliqué dans les meurtres de masse de Juifs et de Polonais. Il a servi les nazis en tant que chef de la police auxiliaire locale de la ville de Lutsk, qui traquait les Juifs. Plus tard, Yakymchuk est devenu un commandant de l’UPA à Volyn qui a perpétré le nettoyage ethnique des Polonais. Voir le témoignage d’un survivant de la liquidation du ghetto de Lutsk, dans laquelle la police ukrainienne a joué un rôle clé (en hébreu avec sous-titres anglais).

À gauche : Ulas Samchuk (Wikimedia Commons). Droite : Monument Samchuk, Rivne (Wikimedia Commons). Image réalisée par Forward collage

Rivne et de nombreux autres endroits

Rivne possède une statue (ci-dessus à droite), un musée, une rue et une plaque commémorative en l’honneur d’Ulas Samchuk (1905-1987). Cet écrivain antisémite virulent et membre de l’OUN publiait le journal Volyn de Rivne, qui a publié des centaines d’articles fomentant l’antisémitisme. La première page du journal, intitulée « Du quartier général du Führer », couvrait les décisions d’Hitler et publiait des extraits de ses discours. « Aujourd’hui est un grand jour pour Kiev, écrit (*) Volyn à la veille du massacre de Babi Yar. Les autorités allemandes ont répondu aux désirs passionnés des Ukrainiens, en ordonnant à tous les Juifs, au nombre de 150 000, de quitter Kiev. »

Après la guerre, Samchuk s’est installé au Canada où il a fondé une association d’écrivains ukrainiens. Les blanchisseurs de Samchuk le vantent en tant qu’écrivain tout en ne disant rien de son antisémitisme et de sa propagande nazie. Cette tactique est utilisée avec d’autres auteurs collaborationnistes comme les Hongrois Albert Wass et Jòzsef Nyírő (voir les sections Hongrie et Roumanie).

Samchuk a une statue, un musée et une plaque commémorative à Tyliavka ; des plaques commémoratives à Derman’ et Gorodok ; un buste et une rue à Zdolbuniv ; et des rues à Bila Tserkva, Dubno, Kalush, Kostopil, Kovel, Kremenets, Lyuboml’, Lukiv, Lutsk, L’viv, Novovolynsk, Ostroh, Stepan’, Ternopil, Volodymyr-Volynskyi, Zbarazh (Raïon de Ternopil) et Zhytomyr. En 2020, le Congrès juif mondial et la Confédération juive d’Ukraine ont dénoncé la tentative de Kiev d’honorer Samchuk.

À gauche : Stepan Skrypnyk (Patriarche Mstyslav), 1948 (Wikimedia Commons). Droite : Plaque Mstyslav sur l’église Saint-André, Kiev (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Kiev et de nombreux autres lieux

Une plaque commémorative en l’honneur de Stepan Skrypnyk (1898-1993), qui devint le patriarche Mstyslav, chef de l’Église orthodoxe ukrainienne. En 1941-1942, à peu près au moment où Skrypnyk a été ordonné prêtre, il était l’éditeur et le directeur du journal extraordinairement antisémite Volyn (voir l’entrée Ulas Samchuk ci-dessus).

Le 29 mars 1942 (*), Skrypnyk écrit un hymne au « Grand Européen nommé Adolf Hitler », qui a été « envoyé par la providence » pour libérer l’Europe et le monde des Juifs et des Bolcheviks. Skrypnyk s’exprime avec poésie sur la libération de l’Ukraine de « l’esclavage asiatique des juifs de Moscou » et attend avec impatience le jour où « les fanfares de l’armée allemande porteront le chant de la victoire à travers le monde ».

Dans Volyn, Skrypnyk incite à la haine génocidaire alors que l’Holocauste fait rage en Ukraine. Le 6 novembre 1941, les Allemands et les collaborateurs ukrainiens ont exterminé environ 21 000 Juifs à Rivne. Trois jours plus tard, Volyn – un journal basé à Rivne – a célébré l’événement en publiant des caricatures antisémites avec une légende (*) : « Pour l’hydre judéo-bolchévique, c’est la dernière heure ».

Les honneurs rendus par l’Ukraine à Skrypnyk comprennent une autre plaque et une rue à Kiev, une plaque et une rue à Ternopil, un musée (avec plaque) et une rue à Poltava, deux plaques à Ivano-Frankivskdeux à L’viv, une à Kosiv et une autre à Zalishchyky, ainsi que des rues à Borsuky, Kamyanets-Podilskiy, Pidvolochysk et Verkhovyna.

Ci-dessous, l’en-tête de l’édition inaugurale de Volyn, le 1er septembre 1941. Il mentionne Skrypnyk comme éditeur et directeur, Ulas Samchuk comme rédacteur en chef et l’adresse de l’imprimerie est 81, rue Adolf Hitler. Voir la section américaine pour une désignation de rue honorifique pour Skrypnyk.

Encadré sur l’édition inaugurale de Volyn, 1er septembre 1941 (Libraria.ua). Image par collage Forward

* * *

À gauche : Demid Burko (Wikimedia Commons). Droite : Plaque de Burko sur l’église Saint-Nicolas, Poltava (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Poltava

Une plaque commémorant Demid Burko (1894-1988), ecclésiastique et écrivain qui a publié des articles sur la « bataille des nations civilisées contre le judéo-bolchevisme mondial » et a affirmé (*) que Staline avait affamé l’Ukraine pour « construire un royaume juif ». L’ignoble mensonge selon lequel les Juifs seraient responsables de la famine de 1932-1933 en Ukraine a été – et continue d’être – utilisé pour justifier le massacre des Juifs par les Ukrainiens pendant l’Holocauste.

Burko, tout comme Stepan Skrypnyk (voir ci-dessus), encourageait les Ukrainiens à rejoindre la croisade d’Hitler contre le « judéo-bolchevisme ». Ses exhortations ont été publiées (*) dans le journal Golos Poltavshyny de Poltava alors que l’Holocauste se déroulait à deux pas ; 5 000 Juifs de la ville ont été assassinés. Après avoir contribué à déclencher l’Holocauste à Poltava, Burko s’est enfui en Allemagne, où il a passé des décennies à jouer un rôle de premier plan dans l’Église orthodoxe ukrainienne tout en publiant ses œuvres.

À gauche : Leonid Parhomovych alias Leonid Poltava, Wikimedia Commons. A droite : Plaque de Poltava, Romny (Eduard Dolinsky). Image par Forward collage

Romny et Poltava

Ces deux villes ont des rues qui portent le nom de Leonid Parhomovych (1921-1990), alias Poltava. Poète antisémite, Poltava célébrait la destruction des Juifs de Romny et produisait des tracts comme son ode (*) au 53ème anniversaire d’Hitler. « Le jour sonne, le ciel sans limites est bleu/Il n’y a pas de coïncidence qu’en ce jour, soit né le Grand Führer », gazouillait Poltava, évoquant des images d’Hitler comme une divinité du printemps et de la renaissance.

Pendant que Poltava publiait cela, les Juifs de Romny étaient liquidés avec la participation de la police ukrainienne. Après la guerre, Poltava s’est retrouvé à l’Ouest, travaillant pour Radio Free Europe et Voice of America du gouvernement américain. Il a également une plaque à Romny, en haut à droite.

À gauche : Andriy Shukatka (Wikimedia Commons). À droite : plaque à la mémoire de Shukatka, à gauche, Volodymyr Kobilnyk, au centre, et Vasyl Nykolyak, à droite, sur la bibliothèque de l’Université pédagogique d’État Ivan Franko, à Drohobych (Eduard Dolinsky). Image réalisée par Forward collage

Drohobych et Biynychi

Une plaque à la mémoire des membres de l’OUN Andriy Shukatka (1918-1943), Volodymyr Kobilnyk (1904-1945) et Vasyl Nykolyak (1912-1944) sur la bibliothèque de l’université pédagogique d’État de Drohobych ; en 1941, le bâtiment abritait le siège de l’OUN de la ville. L’Holocauste à Drohobych s’est déroulé de la même manière que dans les autres villes et villages d’Ukraine : Les membres de l’OUN ont contribué à la formation d’une police auxiliaire locale qui a travaillé sous la direction des nazis pour emprisonner les Juifs de la ville dans un ghetto. Ensuite, la majorité des Juifs de Drohobych ont été exterminés par déportation vers le camp de la mort de Belzec ou par balles dans les rues et dans la forêt voisine.

Shukatka (ci-dessus à gauche), Kobilnyk et Nykoyak étaient des dirigeants de l’OUN à Drohobych pendant le déroulement du génocide. Nykolyak, qui est ensuite devenu un officier de l’UPA, a également une rue et une plaque commémorative dans son village natal de Biynychi. Voir l’interview d’un survivant de Yahad-In Unum ici.

À gauche : Volodymyr Chav’yak (Wikimedia Commons). Droite : Bas-relief de Chav’yak, Halych (Wikimedia Commons). Image par collage Forward

Halych et Ivano-Frankivsk

La ville de Halych présente un bas-relief de Volodymyr Chav’yak (1922-1991), un officier de la police auxiliaire locale qui a aidé l’Allemagne à anéantir des milliers de Juifs à Stanislaviv (aujourd’hui Ivano-Frankivsk). La police locale a été déployée pour traquer les Juifs, conduire les victimes vers les sites de massacre, les exécuter et surveiller le ghetto de Stanislaviv. Voir les récits du Musée commémoratif de l’Holocauste des États-Unis, de Yad Vashem (documentaire sur les survivants ; plus de témoignages) et de Yahad-In Unum.

Par la suite, Chav’yak a commandé un bataillon de l’UPA. De façon perverse, il a également une rue et une plaque à Ivano-Frankivsk, la ville dont il a contribué à éradiquer les Juifs.

À gauche : Serhei Bogdan. A droite : Le mémorial des Combattants pour la liberté de l’Ukraine avec la pierre commémorative de Bogdan à l’extrême gauche, Lyuboml’ (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Lyuboml’

Le monument aux Combattants de la Liberté comprend une plaque commémorative pour Serhei Bogdan (1921-1950) qui commandait la police auxiliaire locale. Les Juifs de Lyuboml’ ont été exterminés ; sur 4 500, seuls 51 ont survécu. Les fusillades ont été effectuées par des Einsatzgruppen travaillant en collaboration avec la police de Lyuboml’. Voir la couverture dans le New York TimesYad Vashem (témoignage de survivants) et un livre commémoratif de Lyuboml’.

À gauche : Kostiantyn Peter (Wikimedia Commons). A droite : Monument Peter, Hrabovets (Eduard Dolinsky). Image par Forward collage

Hrabovets (Oblast d’Ivano-Frankivsk)

Un monument à la maison de Kostiantyn Peter (1893-1953) qui a servi l’Allemagne nazie en tant que chef de la police auxiliaire locale de Bohoradchany puis de Tysmenytsia. Pendant son service, la police auxiliaire locale a contribué à l’anéantissement de la population juive. Peter devient ensuite chef de reconnaissance dans l’UPA. Voir le témoignage de Yahad-In Unum ici.

À gauche : Martin Mizernyi (Wikimedia Commons). A droite : Buste de Mizernyi, Verbiv (Eduard Dolinsky). Image par Forward collage

Verbiv (Hromada de Pidhaitsi)

Un monument à la mémoire de Martin Mizernyi (1910-1949), commandant régional de la police auxiliaire locale de la ville de Sanok, dans la Pologne occupée par les nazis. Le ghetto de Sanok a fini par emprisonner 10 000 à 13 000 Juifs qui ont été déportés dans des camps d’extermination. Mizernyi a ensuite rejoint l’UPA, où il a occupé le poste de commandant de district. Ci-dessous, la carte de police du Troisième Reich de Mizernyi lui permettant de porter une arme de poing et une matraque et lui conférant un pouvoir de police.

Les papiers d’identité de la police auxiliaire de Martin Mizernyi délivrés par l’Allemagne nazie (Eduard Dolinsky). Image par collage Forward

* * *

À gauche : Vasyl Ivakhiv (Wikimedia Commons). À droite : plaque Ivakhiv, Rohatyn (Screenshot/YouTube). Image par Forward collage

Rohatyn et Podusil’na

Une plaque à la mémoire de Vasyl Ivakhiv (1908-1943), commandant de la police auxiliaire locale à Peremyshliany ; la police a brûlé la synagogue de la ville, y compris les Juifs qui s’y trouvaient. Par la suite, Ivakhiv est devenu commandant de l’UPA à Volyn, où il a commis des actes de nettoyage ethnique à l’encontre des Polonais. Il a également un monument et une plaque à Podusil’na. Voir le témoignage d’un survivant du ghetto de Peremyshliany, Yad Vashem.

À gauche : Yuri Dolishnyak (Wikimedia Commons). Droite : Buste de Dolishnyak, Yabluniv (Wikimedia Commons). Image réalisée par Forward collage

Yabluniv (Raïon de Kosiv)

Yuri Dolishnyak (1916-1948) était un officier de la police auxiliaire locale contrôlée par les nazis dans le village de Kosmach, qui devint plus tard un commandant de l’UPA. Yabluniv a également donné à Dolishnyak une rue qui utilise son nom de guerre « Bilyi ».

À gauche : Pavlo Vatsyk (Wikimedia Commons). A droite : Monument Vatsyk, Zarichchya (Google maps). Image par Forward collage

Zarichchya (Raïon de Nadvirna)

Un monument et une rue à la mémoire de Pavlo Vatsyk (1917-1946) dans son village natal. Vatsyk a servi dans la police auxiliaire locale contrôlée par les nazis dans sa région natale. Par la suite, il est devenu commandant de l’UPA.

À gauche : Vasyl Skrygunets alias Hamaliya (Wikimedia Commons). Droite : Buste de Skrygunets, Stopchativ (Screenshot/YouTube). Image par Forward collage

Stopchativ

Un monument à la mémoire de Vasyl Skrygunets (1893-1948) qui a servi dans la police auxiliaire locale avant de devenir commandant de l’UPA. Son monument utilise son nom de guerre « Hamaliya ».

À gauche : Oleksa Shum (Wikimedia Commons). A droite : La police auxiliaire ukrainienne sur le point d’exécuter des Juifs, Chernihiv, 1942. Image par Forward collage

Lutsk et Kovel

Ces deux villes ont des rues qui portent le nom d’Oleksa Shum (1919-1944), membre de la police auxiliaire locale qui a aidé les nazis à massacrer environ 18 000 Juifs dans la ville de Kovel. Les Juifs représentaient la moitié de la population de Kovel avant la guerre ; la communauté a été pratiquement exterminée. Ci-dessus à droite, la police ukrainienne (avec des brassards blancs) se préparant à exécuter des Juifs à Chernihiv, 1941.

À gauche : Roman Ryznyak (Wikimedia Commons). Droite : Monument de Ryznyak, Truskavets (Wikimedia Commons). Image réalisée par Forward collage

Truskavets

Un monument et une rue portent le nom de Roman Ryznyak (1921-1948), qui a servi dans la police auxiliaire locale de Truskavets. Ryznyak devint ensuite commandant régional de la Sluzhba Bezpeky – l’appareil de contre-espionnage de l’OUN-B qui fut le fer de lance du nettoyage ethnique des Polonais en Volynie. Voir les informations sur l’Holocauste à Truskavets ici.

À gauche : Mykola Arsenych. Droite : Buste d’Arsenych, Nyzhniy Bereziv (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Nyzhniy Bereziv et deux autres localités

Un monument à la mémoire de Mykola Arsenych (1910-1947), qui dirigeait la Sluzhba Bezpeky de l’OUN-B. Il a un bas-relief à Nyzhniy Bereziv et dans les rues de Kolomyia et Novohrad-Volynskiy. Il possède également un bas-relief à Nyzhniy Bereziv et des rues à Kolomyia et Novohrad-Volynskiy.

À gauche : Yaroslav Dyakon (Wikimedia Commons). A droite : Plaque de Dyakon, Petranka (Screenshot/YouTube). Image par Forward collage

Petranka et Dev’yatnyky

Une plaque à la mémoire de Yaroslav Dyakon (1913-1948), qui a dirigé la Sluzhba Bezpeky en 1947-1948 après la mort de Mykola Arsenych (voir entrée ci-dessus). Avant cela, Dyakon était chef de la police auxiliaire locale de la ville de Bibrka. En 1942, la plupart des Juifs du ghetto de Bibrka ont été déportés vers le camp de la mort de Belzec. En 1943, la police auxiliaire locale a aidé les Allemands à brûler vifs les derniers Juifs de Bibrka. Dyakon possède également une école à son nom à Dev’yatnyky. Voir le témoignage oculaire de Yahad In-Unum sur l’Holocauste à Bibrka.

À gauche : Stepan Lenkavskiy (Wikimedia Commons). Droite : Bas-relief Lenkavskiy, Ivano-Frankivsk (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Ivano-Frankivsk et cinq autres lieux

Ivano-Frankivsk possède un bas-relief (ci-dessus à droite), un monument et une rue à la mémoire de Stepan Lenkavskiy (1904-1977), l’un des principaux idéologues de l’OUN qui a dirigé l’OUN-B après l’assassinat de Stepan Bandera en 1959. Lenkavskiy est l’auteur du Décalogue d’un nationaliste ukrainien, un ensemble de principes considérés comme fondamentaux pour l’organisation. Il était également un antisémite meurtrier : « Nous adopterons toutes les méthodes qui mèneront à leur destruction », exhortait Lenkavskiy lors d’un conseil de l’OUN-B qui discutait du sort des Juifs.

Lenkavskiy qui, comme beaucoup de dirigeants de l’OUN-B, avait réussi à émigrer à l’Ouest, a également un monument à Uhornyky, une plaque à Fit’kiv et une autre sur un monument commun à lui et à d’autres dirigeants de l’OUN à Morshyn, ainsi que des rues à Stryi et Zagvizdya.

À gauche : Volodymyr Kubiyovych, deuxième à partir de la gauche, avec le gouverneur général du Troisième Reich en Pologne, Hans Frank, troisième à partir de la gauche, festival de la foire aux récoltes, Cracovie, 24 octobre 1943 (Archives nationales numériques de Pologne via Wikimedia Commons). À droite : Plaque de Kubiyovych, L’viv (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

L’viv et deux autres lieux

Volodymyr Kubiyovych (1900-1985) était un dirigeant ukrainien qui a étroitement collaboré avec Hans Frank, le gouverneur général de Pologne responsable de l’orchestration de l’Holocauste en Ukraine occidentale. Ci-dessus, Kubiyovych (deuxième à partir de la gauche) assiste à une réception avec Frank. Kubiyovych a mis à profit ses relations avec le Troisième Reich pour convaincre les nazis de créer une unité ukrainienne dans la Waffen-SS, la branche militaire du parti nazi responsable de l’Holocauste. Son lobbying persistant a contribué à la formation de la 14ème division Waffen de la SS (1ère Galicienne) alias SS Galichina en 1943. Cette division a ensuite commis des crimes de guerre tels que le massacre de Huta Pieniacka en 1944, au cours duquel ses combattants ont brûlé vifs 500 à 1 000 villageois polonais.

Parmi les activités génocidaires de Kubiyovych figure la présidence du Comité central ukrainien de L’viv, une organisation collaborationniste reconnue par le Troisième Reich. En plus de contribuer à l’organisation et au recrutement de la police auxiliaire locale, le comité avertissait les Ukrainiens que toute personne aidant les Juifs à se cacher serait sévèrement poursuivie (ci-dessous à gauche). Grâce à ces efforts, la communauté juive florissante de L’viv, qui représentait un tiers de la population de L’viv avant la guerre, a été anéantie ; sur 200 000 personnes, moins de 800 ont survécu (ce qui représente un taux de survie de 0,4 %).

Alors que Hans Frank est pendu pour crimes contre l’humanité à Nuremberg, Kubiyovych s’installe à l’Ouest où il est célébré comme géographe et activiste. Il a même édité un livre sur la division SS qu’il a contribué à créer. En plus de sa plaque et de sa rue à L’viv, Kubiyovych a des rues à Ivano-Frankivsk et Kolomyia. Ci-dessous à droite, Kubiyovych (entouré) fait le salut nazi lors d’un rassemblement en 1943. En 2020, le Congrès juif mondial et la Confédération juive d’Ukraine ont dénoncé la tentative de Kiev d’honorer Kubiyovych.

À gauche : annonce du Comité central ukrainien avertissant les Ukrainiens de ne pas aider les Juifs, imprimée dans un journal de L’viv, août 1942 (Eduard Dolinsky). A droite : Kubiyovych, entouré, faisant le salut nazi, 1943. Image par Forward collage

* * *

À gauche : Viktor Kurmanovych (Wikimedia Commons). A droite : Défilé en l’honneur de la 14ème division de grenadiers Waffen de la SS (1re Galicienne), Stanislaviv (aujourd’hui Ivano-Frankivsk), 1943. Image par Forward collage

L’viv et Sokal

Toutes deux ont des rues nommées en l’honneur de Viktor Kurmanovych (1876-1945), l’un des fondateurs de la SS Galichina. Ci-dessus à droite, festivités à Stanislaviv (aujourd’hui Ivano-Frankivsk) en l’honneur de la SS Galichina, 1943. Notez les boulons SS, les croix gammées et les pancartes du lion et des couronnes SS Galichina.

À gauche : le SS-Obersturmführer Mykola Ugryn-Bezrishniy dans son uniforme de la 14ème division de grenadiers de la SS (1ère Galice) (Eduard Dolinsky). A droite : Rogatins’ke Slovo célébrant la destruction des Juifs d’Ukraine, 1er novembre 1941 (Libraria.ua). Image par Forward collage

Rohatyn

Une rue et un musée pour Mykola Ugryn-Bezrishniy (1883-1960), qui a plaidé pour la création de la SS Galichina et a servi dans la division avec le grade de SS-Obersturmführer.

Avant de rejoindre la SS Galichina, Ugryn-Bezrishniy publiait le journal Rogatin’ske Slovo, qui faisait l’éloge de l’invasion de l’Ukraine par les nazis, faisait l’éloge (*) d’« Adolf Hitler et de ses chevaliers intrépides » et attribuait (*) les problèmes de l’Ukraine aux « judéo-communistes ». Il recrutait également des Ukrainiens pour la police auxiliaire locale contrôlée par les Allemands, qui contribuait à éradiquer la communauté juive de Rohatyn.

Ci-dessus à droite, l’article de Rogatin dans le Slovo de novembre 1941 célèbre l’anéantissement des Juifs d’Ukraine : « les villes ont encore un certain pourcentage de Juifs, bien que très diminué… Les Juifs des villages ont été liquidés, d’une manière ou d’une autre…. dans certains villages, cela a pris une allure festive – par exemple, les Juifs ont été forcés de défiler avec des pancartes disant « Nous sommes vos bourreaux » ».

Le musée Ugryn-Bezrishniy fait partie du complexe muséal de Rohatyn, qui comprend l’église du Saint-Esprit, une église médiévale en bois située à proximité. En 2013, l’église a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il est important de noter que l’UNESCO ne cite que l’église et non le musée comme faisant partie du site du patrimoine ; cependant, le lien formel entre un site désigné par l’UNESCO et un « musée » glorifiant un officier de la Waffen-SS peut facilement être utilisé pour blanchir Ugryn-Bezrishniy.

À gauche : lettre de Mykhailo Omelyanovych-Pavlenko, 5 mai 1943 (Eduard Dolinsky). A droite : Rue Omelyanovych=Pavlenko, Kiev (Eduard Dolinsky). Image par collage Forward

Kiev et trois autres localités

Une rue importante de la capitale ukrainienne porte le nom de Mykhailo Omelyanovych-Pavlenko (1878-1952). Omelyanovych-Pavlenko était un héros des mouvements de libération ukrainiens de la Première Guerre mondiale. Au moment de la Seconde Guerre mondiale, il recrutait des soldats pour le Troisième Reich par l’intermédiaire de l’Armée de libération ukrainienne, une organisation qui acheminait des volontaires ukrainiens vers diverses formations militaires nazies.

Omelyanovych-Pavlenko fut ravi d’apprendre qu’Hitler avait donné son feu vert à la création de la SS Galichina – « Vive Hitler ! Salut à l’armée ukrainienne », écrit-il dans une lettre célébrant la nouvelle (ci-dessus à gauche). Il a également des rues à Dnipro, Pervomaisk (Oblast de Mykolayiv) et Voznesensk. Ci-dessous, Omelyanovych-Pavlenko (assis) avec des officiers SS Galichina, 1943.

Mykhailo Omelyanovych-Pavlenko, assis, avec des officiers de la 14ème division de grenadiers Waffen de la SS (1ère Galice), Lešany, Tchécoslovaquie occupée par les Allemands, 26 septembre 1943 (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

* * *

À gauche : Iosif Slipyi (Wikimedia Commons). Droite : La statue de Slipyi, Ternopil (Wikimedia Commons). Image réalisée par Forward collage

Ternopil et de nombreux autres endroits

L’Église ukrainienne gréco-catholique a joué un rôle important dans la création de la SS Galichina. L’évêque Iosif Slipyi (1892-1984) était l’homme de confiance de l’Église. Il a célébré la messe lors de la fondation de la SS Galichina et a même fourni à la division des prêtres qui ont servi d’aumôniers. Avant cela, Slipyi avait été premier adjoint du gouvernement autoproclamé de l’OUN en 1941, qui avait prêté allégeance à Hitler (voir l’article sur Yaroslav Stetsko pour en savoir plus).

Selon les propres mémoires de Slipyi, en 1943, il était bien conscient du sort que l’Allemagne réservait aux Juifs ; il a néanmoins contribué à fournir au Troisième Reich des recrues SS.

En 1983, quarante ans plus tard, Slipyi était toujours fier de la SS Galichina. A cette époque, Slipyi, qui avait passé des années dans les camps de travail soviétiques, se trouvait à Rome. Il a commémoré l’anniversaire de la fondation de la SS Galichina avec des éloges.

« Que la mémoire de la division ukrainienne Galichina vive avec nous pour toujours comme un testament pour les nations que nous luttons pour la liberté, le statut d’État et sommes prêts à faire les plus grands sacrifices pour que la vérité, l’équité et la paix soient dans notre pays », a-t-il proclamé, appelant les fidèles à prier pour les SS.

Slipyi a une statue, un séminaire, une école, une rue et deux plaques à Ternopil ; un musée, une plaque commémorative, un buste, une école et une rue à Zazdrist’ ; une rue, un musée, un centre de l’Université catholique ukrainienne et un bas-relief massif à L’viv ; une plaque à Kharkiv ; une statue à Truskavets ; des rues à Bila, Borschiv, Chervonohrad, Chortkiv, Drohobych, Hrabovets (Oblast de L’viv), Ivano-Frankivsk, Kalush, Kolomyia, Mykulyntsi, Radekhiv, Rivne (Oblast de Mykolayiv), Rozvadiv, Rudne, Snihurivka, Zady, Zalishchyky et Zhovkva ; et une place à Stryi.

Ci-dessous à gauche, Slipyi (troisième à partir de la droite) accueille Hans Frank à L’viv, le 1er août 1941. Quatre ans plus tard, Frank sera pendu pour crimes contre l’humanité à Nuremberg. Ci-dessous à droite, l’évêque ukrainien grec-catholique Josaphat Kotsylovsky célébrant la messe lors d’une cérémonie SS Galichina à Przemyśl, été 1943 ; notez l’insigne du lion et de la couronne de la division. Voir les sections CanadaItalie et États-Unis pour plus de glorification des Slipyi.

À gauche : Iosif Slipyi, troisième à partir de la droite, faisant partie d’une délégation officielle auprès du gouverneur général de la Pologne du Troisième Reich, Hans Frank, à gauche, le 1er août 1941 (National Digital Archives Poland). A droite : Josaphat Kotsylovsky, en chaire, célèbre une messe lors d’une cérémonie SS Galichina, Przemyśl, été 1943. Image par collage Forward

* * *

À gauche : le SS-Hauptsturmführer Averkiy Goncharenko de la 14ème Division de Grenadiers Waffen de la SS (1ère Galicienne) (Wikimedia Commons). À droite : Plaque Goncharenko, Lokhvytsia (Eduard Dolinsky). Image réalisée par Forward collage

Lokhvytsia et trois autres localités

La plaque de Lokhvytsia célébrant Averkiy Goncharenko (1890-1980) fait référence à ce dernier en tant que commandant de bataillon de la 1ère division de l’UNA, alias SS Galichina. La SS Galichina a été rebaptisée 1ère division de l’Armée Nationale Ukrainienne (UNA) vers la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’utilisation de l’appellation inoffensive « 1ère division de l’UNA » au lieu de SS Galichina est une tactique qui permet aux blanchisseurs d’honorer publiquement les soldats de la SS Galichina sans la mention « SS » qui attire l’attention. C’est une pratique courante en Ukraine et en Occident (voir les sections consacrées à l’Autriche, à l’Australie et au Canada).

Après avoir servi l’Allemagne nazie, Goncharenko, qui a atteint le rang de SS-Hauptsturmführer dans la Waffen-SS, a émigré en Amérique. Cet officier SS a des plaques supplémentaires à Tulchyn et Varva et une rue à Brovary. Voir la couverture des vétérans ukrainiens de la Waffen-SS en cours de réinstallation au Royaume-Uni et au Canada dans le Guardian, le Daily Mail, le National Post et le Jewish News of Northern California.

À gauche : plaque Vasyl Kosiuk, Lanchyn (Screenshot/YouTube). A droite : Le Reichsführer-SS Heinrich Himmler, à genoux, inspectant les troupes de la 14ème division de grenadiers Waffen de la SS (1ère Galice) (Archives nationales numériques de Pologne). Image par Forward collage

Lanchyn

La plaque de cette ville honorant Vasyl Kosiuk (1921-1984) le qualifie de vétéran de la 1ère division de l’UNA (voir ci-dessus). Après la guerre, Kosiuk a suivi le chemin traditionnel des nazis et a fini en Argentine. Ci-dessus à droite, Heinrich Himmler inspectant la SS Galichina, 1944.

À gauche : Mykhailo Mulyk (Wikimedia Commons). A droite : Plaque de Mulyk, détail, faisant partie du programme  » Ivano-Frankivsk – Une ville de héros « , Ivano-Frankivsk (Eduard Dolinsky). Image réalisée par Forward collage

Ivano-Frankivsk

En 2013, Ivano-Frankivsk a inauguré le programme « Ivano-Frankivsk – Une place pour les héros » qui a dévoilé des plaques commémoratives dans toute la ville et ses environs. Parmi ces « héros » figure Volodymyr Malkosh (1924-2009), SS-Unterscharführer dans la SS Galichina. Dans une interview réalisée en 2010 au sujet de son service dans la SS, Malkosh a affirmé avoir combattu « non pas pour Hitler, mais contre Staline », un mensonge courant visant à blanchir l’image de la Waffen-SS.

Dans la même interview, Malkosh a rappelé comment, sous le régime nazi, les Juifs (qu’il a qualifiés de « capitalistes » et de « marchands ») ayant été exterminés, les Ukrainiens de souche ont obtenu davantage de droits. À titre d’exemple, il a mentionné que sous les nazis, les écoles supérieures de L’viv étaient composées à 90 % d’Ukrainiens de souche. Malkosh n’a pas expliqué la raison de ce changement démographique soudain : les étudiants juifs des écoles avaient été liquidés par les Allemands et les collaborateurs ukrainiens, ce qui laissait principalement des étudiants ukrainiens de souche.

Un autre « héros » commémoré par le programme d’Ivano-Frankivsk est Stepan Koval (1914-2001), commandant de l’académie de police ukrainienne de Lutsk, créée avec l’approbation des nazis (l’insigne de l’académie arborait une croix gammée). La police auxiliaire locale de Lutsk a joué un rôle clé dans le meurtre de plus de 20 000 Juifs de la ville. Plus tard, Koval a commandé une unité de l’UPA qui a participé au nettoyage ethnique de villages polonais. Sa plaque se trouve dans son village natal de Mykytyntsi, tout près d’Ivano-Frankivsk.

Le « programme des héros » a également érigé une plaque pour Mykhailo Mulyk (1920-2020), vétéran de la SS Galichina qui célébrait chaque année la fondation de l’unité. (La plaque comporte une photographie de Mulyk dans son uniforme SS, mais avec l’insigne SS estompé ; voir ci-dessus) Mulyk a également reçu un panneau commémoratif distinct sur le Walk of Fame d’Ivano-Frankivsk. Voir la JTA sur la condamnation des marches SS Galichina qui comportent fréquemment des saluts nazis.

Ces plaques se trouvent à Ivano-Frankivsk, où les nazis, avec des collaborateurs ukrainiens, ont exterminé plus de 20 000 Juifs ; pas plus de 1 500 Juifs de la ville ont survécu.

À gauche : Yuri Garasymiv, entouré (Eduard Dolinsky). A droite : Plaque de Garasymiv, Kalush (Eduard Dolinsky). Image par collage Forward

Kalush

En 2018, cette ville a dévoilé un bas-relief en l’honneur de l’officier de la SS Galichina Yuri Garasymiv (1899-1975). La couverture médiatique de l’événement a décrit Garasymiv comme un officier de la Waffen-SS de la même manière que les médias américains décrivent les vétérans de l’armée américaine, ce qui n’est pas surprenant étant donné la façon dont cette division SS est ouvertement célébrée en Ukraine. Ci-dessus à gauche, Garasymiv (entouré) lors d’un entraînement SS, 1943.

À gauche : le SS-Obersturmführer Lyubomir Makarushka de la 14ème division de grenadiers de la SS (1ère Galice) (Eduard Dolinsky). A droite : Plaque Makarushka, Sivka Voinylivska (Screenshot/YouTube). Image par Forward collage

Sivka-Voinylivska

Une plaque en l’honneur de Lyubomir Makarushka (1899-1986), SS-Obersturmführer dans la SS Galichina. Après la guerre, Makarushka a vécu en Allemagne de l’Ouest. Notez l’insigne de col de la SS Galichina sur la plaque ; l’Anti-Defamation League classe les insignes de division SS parmi les symboles de haine néonazis.

À gauche : Teodor Barabash, à gauche, avec Iosif Slipyi. A droite : Plaque Barabash, Malyi Khodachkiv. Image de Forward collage

Malyi Khodachkiv

Une plaque honorant le combattant SS Galichina Teodor Barabash (1923-2014). Après la guerre, Barabash a émigré en Espagne, où il est devenu un homme d’affaires et un leader de la diaspora ukrainienne du pays. Ci-dessus à gauche, Barabash avec Iosif Slipyi, qui a été profondément impliqué dans la création de la SS Galichina (voir l’article ci-dessus).

A gauche : Volodymyr Deputat (Eduard Dolinsky). A droite : Mémorial Deputat, Perehyn’ske (Eduard Dolinsky). Image réalisée par Forward collage

Perehyn’ske

Un mémorial pour le combattant local Volodymyr Deputat (1918-1946) qui a servi dans la SS Galichina avant de rejoindre l’UPA.

À gauche : Ivan Rembolovich (Wikimedia Commons). À droite : rue Ivan Rembolovich, Ivano-Frankivsk (Google maps). Image par Forward collage

Ivano-Frankivsk

Une rue pour Ivan Rembolovich (1897-1950), officier décoré de la SS Galichina.

À gauche : Mar’yan Lukasevich (Wikimedia Commons). A droite : Plaque de Lukasevich, Ternopil. Image réalisée par Forward collage

Ternopil

Sur la façade d’une école de Ternopil se trouve une plaque célébrant l’un de ses diplômés, Mar’yan Lukasevich (1922-1945). Lukasevich a servi dans la SS Galichina avant de devenir un commandant de l’UPA. La plaque le décrit comme un héros du mouvement de « libération nationale ».

À gauche : plaque Roman Rudiy, Voinyliv (Screenshot/YouTube). A droite : Le gouverneur de Galice Otto Wächter, à l’extrême gauche, et le gouverneur général du Troisième Reich en Pologne Hans Frank, troisième à partir de la gauche, inspectent la 14ème division de grenadiers Waffen de la SS (1ère Galice), L’viv, juin 1943 (National Digital Archives Poland). Image par Forward collage

Voinyliv

Une plaque à la mémoire de Roman Rudiy (1923-2005), originaire de la ville, qui a servi dans la SS Galichina. La plaque le qualifie de « militant civil et politique et de prisonnier politique ». Ci-dessus à droite, le gouverneur de Galice Otto Wächter (à l’extrême gauche) et le gouverneur général de Pologne Hans Frank (troisième à partir de la gauche) inspectent les volontaires de la SS Galichina à L’viv, en juin 1943.

À gauche : Monument à la SS Galichina et à l’Armée insurrectionnelle ukrainienne, Ivano-Frankivsk (Wikimedia Commons). À droite : mémorial commémorant la fondation de la SS Galichina, parc Topil’che, Ternopil (Google maps). Image par Forward collage

Ivano-Frankivsk et deux autres localités

Ivano-Frankivsk et Ternopil possèdent toutes deux des rues et des monuments commémoratifs dédiés à la division SS Galichina dans son ensemble. Le mémorial d’Ivano-Frankivsk (ci-dessus à gauche) remercie les « héros » de la division ukrainienne Galichina (autre nom de la SS Galichina) ainsi que les combattants de l’UPA.

Ternopil commémore la fondation de la SS Galichina par une promenade dans le magnifique parc Topil’che de la ville ; ci-dessus à droite, un mémorial à une extrémité de la promenade. La ville possède également une rue SS Galichina. En outre, il existe un musée de la SS Galichina à L’viv. Pour d’autres monuments commémoratifs de la SS Galichina, consultez les sections AutricheAustralie et Canada.

A gauche : Pavlo Shandruk (Eduard Dolinsky). A droite : Plaque à la mémoire de Shandruk et Iosyp Pozychanyuk sur le  » Mur des Héros « , Nizhyn (Wikimedia Commons). Image par collage Forward

Nizhyn et trois autres localités

Le « Mur des héros » de la ville comporte une plaque honorant conjointement Pavlo Shandruk (1889-1979) et Iosyp Pozychanyuk (1913-1944). Shandruk, l’un des Ukrainiens les plus hauts gradés du Troisième Reich, était le général commandant de l’Armée nationale ukrainienne, qui faisait partie de la Wehrmacht (les forces armées de l’Allemagne nazie). Après la guerre, Shandruk (ci-dessus à gauche) s’est installé en Amérique. Il a également une plaque sur une école à Borsuky et une rue à Ivano-Frankivsk.

Pozychanyuk était ministre de la propagande dans le gouvernement collaborateur nazi de l’OUN-B en 1941 (voir l’entrée Ivan Klymiv ci-dessus pour en savoir plus). Plus tard, Pozychanyuk est devenu lieutenant-colonel chargé de la propagande pour l’UPA. Il a également un bas-relief commémoratif dans son village natal de Dashiv.

À gauche : Petro Dyachenko (Wikimedia Commons). Droite : Plaque Dyachenko, Berezova Luka (Screenshot/YouTube). Image par Forward collage

Berezova Luka et Voznesenk

Dans le village de Berezova Luka, une plaque commémorative et un musée sont consacrés à Petro Dyachenko (1895-1965). Dyachenko, comme Pavlo Shandruk (voir l’entrée ci-dessus), était un général de l’Armée Nationale Ukrainienne ; pour ses services, Dyachenko a été personnellement décoré de la Croix de fer par le général du Troisième Reich Wilhelm Schmalz. Vers la fin de la guerre, Dyacheko était également attaché à la SS Galichina. Dyachenko, qui a ensuite émigré en Amérique, a également une rue à Voznesensk.

À gauche : Dmytro Klyachkivskiy alias Klym Savur (Wikimedia Commons). Droite : Buste de Klyachkivskiy, Zbarazh (Wikimedia Commons). Image par Forward collage

Zbarazh (Oblast de Ternopil) et huit autres localités

L’éminent dirigeant de l’OUN Dmytro Klyachkivskiy (1911-1945), alias Klym Savur, joue un rôle clé dans la formation de l’UPA en 1943. Klyachkivskiy est finalement devenu commandant du district nord de l’UPA, qui opérait dans la région de Volyn. C’est là que Klyachkivskiy est devenu l’un des organisateurs des massacres de Volyn – la campagne de nettoyage ethnique de 1943 qui a brutalement assassiné 70 000 à 100 000 civils polonais, dont de nombreux enfants. L’UPA a également assassiné des milliers de Juifs.

Outre le monument de sa ville natale de Zbarazh, Klyachkivskiy a un monument et une rue à Rivne, une plaque sur un monument commun à lui et à d’autres dirigeants de l’OUN à Morshyn, et des rues à Dubno (Rivne Oblast), Korost, Kostopil, Lutsk, Stryi et Ternopil.

À gauche : monument à l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), Ternopil (Google maps). À droite : monument aux  » Héros de l’OUN et de l’UPA  » (UPA signifie Armée insurrectionnelle ukrainienne), Bolekhiv (Wikimapia). Image par Forward collage

Ternopil et Bolekhiv

Deux croix commémorant l’OUN dans son ensemble. L’imposante croix honorant les « Héros de l’OUN et de l’UPA » (ci-dessus à droite) est située à Bolekhiv, qui comptait une population florissante de 3 000 Juifs ; pas plus de 50 ont survécu aux massacres perpétrés par les nazis et les collaborateurs ukrainiens. Voir The Lost : A Search for Six of Six Million de Daniel Mendelsohn, le documentaire Neighbors and Murderers [Voisins et meurtriers] et Yahad-In Unum pour en savoir plus sur l’Holocauste à Bolekhiv.

Pour les monuments aux collaborateurs nazis ukrainiens en dehors de l’Ukraine, voir les sections États-UnisCanadaAustralieAutriche et Italie.

L’Ukraine érige presque chaque semaine de nouvelles plaques et de nouveaux monuments aux collaborateurs nazis. Eduard Dolinsky, du Comité juif ukrainien, fait la chronique de cette explosion de blanchiment des collaborateurs nazis sur Twitter, et en a parlé dans le New York Times. Pour en savoir plus sur le révisionnisme de l’Holocauste parrainé par l’État ukrainien, voir The NationForeign PolicyOpen Democracy, un communiqué de presse du Mémorial de l’Holocauste des États-Unis et la page Ukraine de Defending History.

* * * * * * * * *

(1) Ce point me remet en mémoire le texte que j’avais écrit sur le romancier Jonathan Littell suite à deux articles qu’il avait publiés sur Le Monde en réaction à l’intervention russe en Ukraine. Il y défendait notamment l’idée d’un Maïdan russe pour se débarrasser de Vladimir Poutine. Littell est l’auteur des Bienveillantes, un roman d’historio-fiction relatant à travers le regard d’un officier nazi les crimes commis par l’armée allemande et ses affidés ukrainiens sur la route du Front de l’Est. Je voulais mettre le doigt sur les contradictions qu’il y avait entre sa très grande connaissance des crimes dont beaucoup d’Ukrainiens furent les complices et son souhait de voir se reproduire en Russie l’évènement qui a déclenché en Ukraine la glorification de ces crimes. C’est encore pire lorsque l’on sait qu’en 2021, il s’est rendu à Kiev pour participer à l’inauguration d’une exposition sur le massacre de Babyn Yar. Les faits me donnent raison.

(2) La vidéo n’est plus disponible

(*) Toutes les citations portant la mention d’un astérisque viennent d’une seule et même source, libraria.ua, qui semble être un site d’archivage ukrainien. Ces sources ou ce site ne sont plus disponibles.

* * * * * * * * *

Pourquoi avoir effectué ce très long et fastidieux travail de traduction, de mise en page avec plus de 90 photos et plusieurs centaines de liens ? Les deux arguments récurrents de ceux qui s’opposent fermement à l’intervention russe en Ukraine, voire qui conduisent ou approuvent une politique de collaboration militaire avec l’Ukraine et l’OTAN, c’est que le néo-nazisme y est anecdotique et qu’avec un juif au pouvoir, c’est tout bonnement impossible. Cet inventaire des monuments à la gloire de la collaboration avec les nazis prouve le contraire et balaie ces deux arguments.

Le culte du nazisme est plus que rampant en Ukraine, il se manifeste au grand jour.

Alors doit se poser la question centrale : quelle nation peut exister, quel peuple peut vivre en toute quiétude dans le voisinage direct d’un pays dans lequel la nostalgie pour l’extermination des Juifs et la haine des Russes sont si vivaces ?

Publicité

3 réponses à « Monuments aux collaborateurs nazis en Ukraine »

  1. au nom de tout les miens ,merci pour votre travail de mémoire et de rappeler qu l’UE de Bruxelles,les USA et l’Otan sont au coté de nazi authentique

    J’aime

    1. Bonjour, je ne suis ici que passeur d’info et traducteur de l’article. Bien à vous.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s